Plus de tailles disponibles Retour au Journal

VISITER L'EXPOSITION 

GENÈSE D’UNE RENCONTRE ENTRE ART CONTEMPORAIN & HAUTE JOAILLERIE

Dix ans après son lancement, la collection Antifer s’est hissée au rang d’icône. Elle incarne aujourd’hui l’un des trois piliers de la Maison Repossi avec Serti sur Vide et Berbere. La collection puise son inspiration dans l’art contemporain et l’architecture, ancrés dans les gènes de la Maison. Elle met en scène des lignes minimalistes et radicales, des angles saillants, enrichis par un contraste de vides et de pleins pour créer l’harmonie absolue. Les pièces ainsi en tension prouvent que la beauté réside dans la simplicité. Pour célébrer cet anniversaire, le joaillier de la place Vendôme a confié à la galeriste Amélie du Chalard une curation artistique exceptionnelle.

“Les 6 artistes - 3 femmes & 3 hommes - ont été choisis pour l’originalité de leur technique et la richesse des matières utilisées : papier, ardoise, textile, bronze, céramique, photographie. Cette diversité offre des lectures extrêmement variées et pertinentes de ce fameux « angle », qui n’est ni tout à fait pointu, ni tout à fait une courbe. En plus de souligner cet angle, les œuvres rendent hommage également à la rigueur, au minimalisme et à la pureté d’Antifer.”.

La galeriste a invité 6 artistes à produire 5 œuvres originales en résonance avec Antifer.
Florence Grundeler, française mais habitée par la langue et la culture chinoise, connaît bien le jeu du plein et du vide et s’intéresse à la ligne et à l’importance du tracé. Les sculptures de Victoire d’Harcourt s’amusent de l’enchevêtrement de figures géométriques, comme autant de chaînons d’un bijou dont les ovales et les cercles sont ponctués ça et là d’angles. Le photographe François Kenesi dessine également sur ses clichés explorant souvent la géométrie de l’architecture dont s’inspire la Maison. Michel Kirsch, sculpteur parisien, travaille l’ardoise qui livre son mystère, et dans laquelle la lumière se loge et révèle les silences et les respirations de ses plis minéraux. Marine Vu sculpte le papier pour en explorer les reliefs, les vides et les pleins, comme Antifer. Enfin, Repossi a l’Italie en partage avec le céramiste Guido de Zan, ainsi que le goût du jeu et de l’écart.

Une œuvre de chaque artiste sera sélectionnée pour les collections personnelles de Repossi tandis que l'ensemble des autres œuvres seront exposées à la galerie Amelie, Maison d’art à partir du 6 juillet 2023.

 UNE SÉLECTION DE 6 ARTISTES POUR RENDRE HOMMAGE À 10 ANS DE CRÉATION

Florence Grundeler - plasticienne
Sinophone et habitée par la culture chinoise, elle a également nourri son apprentissage lors de séjours au Brésil et en Argentine. Dans ses installations, gravures et surtout ses toiles traversées de fils et d’encre, cette adepte de la matière fait vivre l’espace et le vide pour mieux cerner les fulgurances et les lignes qui en émergent.

Victoire d’Harcourt - sculptrice

Victoire d’Harcourt travaille l’enchevêtrement de formes géométriques, qui semblent être en plein mouvement. L’artiste joue avec le bronze tout en légèreté, engageant une dichotomie entre les sensations de liberté et d’enchaînement. Ses oeuvres fusionnent de formes rondes, ovales et carrées ponctués d’angles

François Kenesi - photographe

Pour François Kenesi, la photographie est la continuation du croquis par d’autres moyens. Prise de notes d’un voyageur imprudent, elle est d’abord un outil de représentation du réel. Il travaille souvent en séries exprimant des architectures et des paysages urbains qui semblent en plein mouvement, comme des apparitions fugitives.

Michel Kirsch - sculpteur

L’ardoise est la matière de prédilection de Michel Kirsch. Sa sculpture apparaît comme une architecture formée par l’accumulation de motifs arrondis et irréguliers. La fragilité de la matière minérale est contrastée avec la robustesse des formes noires.

Marine Vu - plasticienne

Dans le travail de Marine Vu, l’image, imperceptible au premier regard, prend corps progressivement dans la matière. Dans les travaux hybrides et minimalistes le plan devient une membrane unifiant intérieur et extérieur, vide et plein, souffle et structure. Un espace singulièrement dense, où se dissolvent et se redéfinissent les repères. Marine Vu travaille des techniques diverses tel que le papier sculpté ou des techniques mixtes sur toile, faisant toujours appel au relief.

Guido de Zan - céramiste

Guido est l’un des rares céramistes concernés à donner à ses objets non seulement une forme, mais également une peau particulière, une texture fabriquée à la main par lui-même, conformément à la forme de chaque objet. Son œuvre rend la céramique ludique et vivante tout en empruntant un aspect de légèreté.